Cours de Musique à Monaco Cours de Musique à Monaco

  • 0 Jouer du Bach au piano : les techniques particulières ...

    0.00 of 0 votes

    Maître dans l'art des harmoniques et de la mélodie, Jean-Sébastien Bach a écrit une grande quantité de morceaux qui sont aujourd'hui interprétés au piano, aussi bien par les débutants que par les virtuoses de l'instrument. Pourtant, toutes ces pièces ont été originalement composées pour un clavecin ou un orgue, celui-ci restant le grand amour de Bach. Pour pouvoir les interpréter fidèlement sur un piano moderne, il convient de connaitre les instruments et leurs particularités, ainsi que les techniques utilisées par les pianistes pour jouer du baroque aujourd'hui.     Quelles différences y a-t-il entre le jeu au clavecin ou à l'orgue et le piano ? L'orgue, de par son imposante mécanique et sa sonorité très particulière, est sans doute celui de ces trois instruments qui se distingue le plus. Parmi ses différences avec le piano figurent : le toucher, beaucoup plus sensible sur un piano selon la frappe des doigts; la présence d'un clavier de basses utilisé avec les pieds sur l'orgue; le nombre de claviers de l'orgue (2 à 4) qui implique une posture différente; les nuances, quasiment imperceptibles sur un orgue mais primordiales au piano; la taille et la puissance de l'orgue qui surpassent celles de tous les instruments.     Par rapport au clavecin, le piano fait preuve de caractéristiques qui expliquent la difficulté de passer de l'un à l'autre. Alors que le clavecin n'a ni pédale pour jouer les nuances, ni toucher sensible pour faire varier l'intensité des notes, le piano se basse essentiellement sur ces composantes dans l'interprétation des morceaux. L'orgue, le clavecin et le piano n'appartiennent pas non plus à la même famille d'instruments. Alors que l'orgue est à la fois un clavier et un vent, le piano est un instrument à cordes frappées tandis que le clavecin est un clavier à cordes pincées.     Les deux façons d'interpréter Bach au piano Chez les pianistes, on retrouve généralement deux façons d'interpréter les morceaux de Bach initialement composés pour de l'orgue ou du clavecin. La première met l'accent sur le morceau en lui-même, sur la richesse polyphonique et la clarté des mélodies. Cette façon de jouer nécessite de faire abstraction des techniques romantiques telles que le rubato et de se cantonner assez strictement à la partition. En résulte une interprétation assez fidèle à ce que peut avoir eu en tête le compositeur à son époque. Ici, par exemple, Glenn Gould offre typiquement le jeu légèrement saccadé et pincé qui peut ressortir du clavecin. Fidèle au métronome, il fait honneur à la partition et à la polyphonie :   La deuxième façon de jouer des morceaux de Bach consiste à tirer parti des évolutions du clavier pour enrichir les sonorités des pièces pour orgue ou clavecin. Les techniques de jeu virtuose y sont encouragées, la pédale est largement mise à contribution pour créer des nuances et lier les notes au lieu de les détacher. Un exemple du même morceau que ci-dessus, joué cette fois par Edwin Fischer de façon plus romantique :     Quelle que soit votre façon favorite de jouer et d'écouter Bach au piano, il est important de garder à l'esprit l'âme du morceau en respectant un tempo implacable pour que les différentes voix se placent parfaitement. N'hésitez pas à solliciter un cours particulier de piano pour approfondir votre connaissance de Bach et vous ouvrir à d'autres compositeurs célèbres.     Ces morceaux de Bach incontournables pour les pianistes Jouer du Bach est un excellent exercice pour travailler sa justesse, sa précision, sa rapidité de lecture et d'exécution. Celui qui dédia sa vie à ses 20 enfants et à sa passion absolue pour la musique a laissé derrière lui un répertoire prolifique -plus de 400 morceaux pour cordes et claviers ! Il existe des pièces pour tous les niveaux, et un certain nombre d'entre elles sont assez courtes. Pour perfectionner votre apprentissage du piano étape par étape, intéressez-vous au "Clavier bien tempéré", et notamment au "Prélude et Fugue n° 1 en do majeur". Très connu, utilisé dans la publicité ou dans les films, ce morceau savoureux vous fera travailler vos arpèges et vos gammes tout en douceur, avec régularité. Il offre quelques déplacements sur le clavier mais reste tout de même assez localisé sur les deux octaves du milieu. Le "Concerto n° 1 en ré mineur", adapté en différentes versions par Bach, comporte trois mouvements. Comme tous les concertos, il est prévu pour être joué avec un orchestre mais vous aurez grand plaisir à travailler la partie soliste. Et pourquoi ne pas ensuite utiliser un accompagnement préenregistré pour profiter de la splendeur de cette pièce ?   Accessible aux débutants, le "Menuet en sol majeur" fut écrit par Bach pour sa seconde femme, Anna Magdalena. Il plaira aussi aux pianistes confirmés qui apprécieront son rythme en trois temps dansant, idéal pour s'imprégner de l'atmosphère de la musique baroque :      

  • 0 Peut-on devenir chanteuse lyrique en commençant à l'âge adulte ? ...

    0.00 of 0 votes

    À l'image d'une Maria Callas ou d'une Natalie Dessay, vous vous verriez bien surplomber un parterre d'auditeurs charmés en entonnant un air d'opéra connu ou un fameux lied. Le prestige, la grâce, la puissance, la précision : tout dans le chant lyrique semble conçu pour éveiller au plaisir de vos oreilles. Seulement voilà, vous avez déjà passé l'âge de faire vos classes au conservatoire. Vous vous demandez si votre rêve de devenir chanteuse lyrique est encore réalisable ? Réponse et éclairages sur cette carrière artistique qui n'est pas donnée à tout le monde.     À quel âge ont débuté les grandes chanteuses lyriques ? C'est à l'orée de sa vingtaine que la grande cantatrice française Nathalie Dessay intègre le conservatoire de Bordeaux, d'où elle sortira avec le premier prix. Ce fait encourageant pour les chanteuses qui se découvrent sur le tard doit tout de même être nuancé par certains faits. La soprano colorature a en effet suivi quelques cours de chant lyrique étant petite, avant de se tourner vers le théâtre. C'est sur les conseils de ses proches qu'elle décide finalement de donner une chance à sa voix. D'autre part, la jeune femme faisait preuve d'une facilité dans le chant qui laissait clairement entrevoir son futur succès.     Maria Callas, elle, fut très jeune mise sur le chemin du chant lyrique par sa mère, qui comptait réaliser avec elle ses propres rêves ratés de célébrité et de reconnaissance. À 10 ans, la fillette se produisait déjà devant un public. Anna Netrebko, figure du chant lyrique austro-russe, relate avoir été soliste dans des groupes de jeunes enfants dès ses premières années. Teresa Berganza, mezzo-soprano de renom réputée pour ses interprétations d'opéra, est quant à elle sortie du conservatoire avec un premier prix glané à 21 ans. Les chanteuses lyriques n'ont donc pas toutes un parcours musical très riche dès l'enfance. Elles font en revanche preuve d'une voix initialement propice au chant lyrique, et d'un acharnement au travail bien souvent prioritaire sur tous les autres domaines de leur vie. Les compétences indispensables pour pouvoir être chanteuse lyrique Si la route vers une carrière de chanteuse lyrique n'est pas systématiquement impossible pour une adulte, elle demande un certain nombre de compétences. Une future chanteuse lyrique devrait ainsi pouvoir : connaitre ses points forts et ses points faibles en chant pour bien les exploiter; faire preuve d'une riche culture musical, notamment dans le domaine de l'opéra; être polyvalente, afin d'interpréter différents répertoires; chanter dans une langue étrangère minimum; travailler d'arrache-pied sans abîmer sa voix; démontrer de la patience, de la rigueur, de l'obstination; déchiffrer une partition et maitriser les rudiments du solfège; se produire devant un public en gérant son trac; faire preuve d'une hygiène de vie irréprochable. Vous constatez que vous ne savez pas si bien chanter en anglais, ou que vous avez du mal à lire les notes ? Les cours particuliers de chant peuvent vous aider à améliorer votre profil pour espérer intégrer une école, une chorale ou un conservatoire pour adultes. Bien qu'il existe une certaine réticence dans les conservatoires pour accueillir les adultes, le chant fait figure d'exception. En effet, les chanteuses lyriques doivent passer la puberté avant de pouvoir exploiter complètement leur potentiel. Il n'est donc pas rare qu'une chanteuse d'opéra ait suivi un cursus au conservatoire après sa majorité.     Où commencer à chanter comme chanteuse lyrique ? Même si votre souhait principal est de devenir soliste à l'Opéra de Paris, vos chances d'y parvenir sont plutôt minces ! Toutefois, de nombreuses autres possibilités s'offrent à vous pour chanter de la musique classique devant un public à l'âge adulte. Renseignez-vous auprès de votre commune : il existe bien souvent des chorales qui accueillent les chanteuses de tous niveaux, et d'autres plus sélectives. Si vous avez déjà pris quelques cours de chant et que vous maitrisez techniquement votre voix, la chorale est un bon moyen d'apprendre de nombreux morceaux et de se comparer aux autres chanteuses. Vous saurez rapidement si vous méritez une place de soliste, ou si le chant en groupe est l'option qui vous satisfait le mieux.     Les églises possèdent également des chorales qui égaient les célébrations. Le répertoire est plus restreint, mais le niveau s'avère parfois assez élevé pour vous promettre de belles heures de chant en perspective. Il faut savoir qu'après 40 ans, la voix se flétrit doucement et les capacités physiques ne sont plus les mêmes. Cela ne doit pas vous empêcher de trouver du plaisir à partager la musique. Seule, en duo avec un instrument, dans un petit groupe qui chante a capella ou à échéance ponctuelle avec votre professeur de chant, le chant lyrique est à votre portée et vous apportera toujours ses bienfaits, quel que soit l'endroit et la façon dont vous le pratiquerez.    

  • 0 7 conseils pour bien jouer de la guitare ...

    0.00 of 0 votes

    Entre savoir jouer de la guitare et savoir bien en jouer, la nuance est de taille. Cet article est fait pour vous éclairer sur les points essentiels à considérer lorsque vous apprenez la guitare. En suivant ces conseils, vous aurez beaucoup plus de chances de parvenir à tirer des sons mélodieux de votre instrument et à constater une réelle progression au fur et à mesure des semaines. Du choix de l'instrument à la posture de jeu en passant par les étapes à ne pas brûler, voici 7 conseils qui vous aideront à bien jouer de la guitare.     1. Choisir la bonne guitare selon son style de musique Le choix du premier instrument est très important pour apprendre la guitare dans de bonnes conditions. Une guitare de mauvaise facture pourrait très vite décourager un apprenti guitariste, tandis qu'une guitare inadaptée au style de prédilection se révèlerait frustrante. Vous avez globalement le choix entre les guitare suivantes : une guitare classique; une guitare acoustique; une guitare folk; une guitare électro-acoustique; une guitare électrique; une guitare jazz.       Mais dans chaque catégorie, les modèles différent aussi selon la marque choisie, la volonté du luthier de destiner la guitare à certains usages, et ainsi de suite. Pour trouver votre guitare, le mieux est sans doute de vous rendre dans un magasin de musique afin de procéder à des essais. Le vendeur pourra vous aiguiller et, même si vous n'achetez pas votre guitare sur place, vous aurez une bien meilleure idée de l'instrument qu'il vous faut. En plus, vous trouverez dans ce genre de magasin des accessoires très utiles comme des cordes de rechange, des partitions, des stands, des sangles, des médiators. Acheter d'occasion ou sur internet sont d'autres possibilités. Si vous souhaitez procéder ainsi, assurez-vous de bien connaitre le modèle que vous allez prendre. En occasion, les risques sont plus grands car vous ignorez si la guitare a été bien entretenue. En tant que débutant, privilégiez autant que possible un modèle neuf d'entrée ou milieu de gamme. Les guitares classiques de bonne facture sont accessibles dès une centaine d'euros. Pour les modèles électriques, il faudra doubler ce budget, sans compter le matériel indispensable : sangle, ampli, housse, capodastre.     2. Adopter la bonne posture pour jouer de la guitare La posture adéquate en guitare ne vous permettra pas forcément d'être plus performant. Elle ne vous garantira pas des solos plus précis ou des rythmiques plus percussives. Son seul mais colossal intérêt, c'est d'éviter autant que faire se peut les douleurs lors du jeu. Le guitariste débutant qui prend de mauvaises habitudes de postures ne se rend pas tout de suite compte de l'inconfort. C'est après plusieurs heures d'entrainement qu'il va sentir progressivement des tensions dans ses épaules, des douleurs dans son dos, des gênes dans ses articulations. Une fois installée, la mauvaise posture est bien plus difficile à changer. Alors, prenez le temps de vous placer correctement avant chaque séance, et corrigez votre position pendant le jeu si vous sentez que vous bougez. Le guitariste peut adopter deux postures ergonomiques : assis ou debout. Jouer de la guitare en position assise     Sur une chaise ou un tabouret, la posture assise permet au guitariste de se détendre et d'avoir l'instrument qui repose sur ses jambes. Cela réduit la fatigue musculaire dans les bras. Il y a trois variantes principales à la position assise. Le guitarise a les deux pieds au sol, le dos droit, la guitare contre le corps et la tête légèrement inclinée vers l'instrument. Le guitariste a une jambe croisée sur le genou (la droite pour les droitiers), la caisse repose sur la cuisse croisée et la tête peut rester bien droite. Le guitariste utilise un repose-pied pour sa jambe droite, sur lequel il pose son pied : la guitare est ainsi surélevée sans couper la circulation dans la jambe. Aucune des trois positions ci-dessus n'est meilleure. Vous adopterez l'une ou l'autre en fonction de vos préférences et du matériel à disposition. Jouer de la guitare en position debout     Pour jouer de la guitare debout, la sangle est indispensable. Si votre guitare n'a pas d'attache pour en fixer une, rendez-vous chez un luthier qui matérialisera l'attache-courroie facilement. Dans la position debout, la guitare est environ au-niveau des hanches, collée au corps du musicien. Les bras arrivent naturellement jusqu'à la caisse et sur le manche, la tête et le dos sont bien droits. Attention, de nombreux guitaristes -notamment de rock ou de métal- portent leur guitare désespérément trop basse. C'est une position à réserver aux représentations, pour le style, mais à ne surtout pas adopter au quotidien pendant les entrainements sous peine d'avoir des maux de dos récurrents. Comment savoir si votre position est correcte ? Vous devriez tout simplement être détendu. Si la moindre tension apparait dans vos muscles, essayez de vous corriger face à un miroir ou demandez conseil à votre professeur lors de votre cours de guitare. 3. Prendre son temps pour bien apprendre les bases de la guitare   Évidemment, l'enthousiasme des premiers instants n'est pas un problème. Si vous venez d'acquérir votre première guitare et que vous enchaînez les entrainements quotidiens, bien vous en prenne ! L'idée, dans ce conseil, est plutôt de ne pas brûler les étapes. Un cuisinier débutant ne se lance pas directement dans la réalisation d'une pièce montée (ou alors, il y a de gros risques que personne ne puisse la manger). De la même façon, le guitariste débutant se doit de prendre le temps d'acquérir les bases de la guitare avant d'aller plus loin. Quelles sont ces bases, au juste ? Voici quelques points particuliers à travailler avec sérieux et régularité avant de vouloir imiter Jimi Hendrix : le bon placement des doigts sur le manche; la technique pour tenir un médiator; la justesse des notes produites; la position et l'enchainement des accords; le respect du tempo et du rythme; les techniques particulières (bending, hammer on, slide); la qualité du son produit.       4. S'astreindre à des séances de guitare régulières et sérieuses   Bien sûr, parfois, vous aurez juste envie d'attraper votre instrument et de gratter quelques accords en chantonnant. À d'autres moments, vous voudrez impressionner vos amis en interprétant vite fait un solo à votre sauce. Et c'est très bien, car la musique doit inspirer joie et partage. Cependant, pour vraiment progresser, vous devrez passer par des séances plus routinières pendant lesquelles vous vous astreindrez à travailler avec plus de sérieux.     Cela ne signifie pas que la guitare doit devenir ennuyeuse et rabat-joie ! Au contraire, le plaisir est indissociable de la guitare. Grâce aux nouvelles technologies, il existe de multiples façons de travailler la guitare en s'amusant, en complément de cours par exemple. Applications pour lire le solfège, tablatures en ligne, vidéos master class avec des guitaristes chevronnés : variez les supports pour garder votre motivation intacte jour après jour. 5. Apprendre à se détacher visuellement de la guitare pour s'écouter Le nez dans la caisse, le dos courbé, le guitariste débutant a parfois tendance à trop se concentrer sur son instrument. Or, pour pouvoir interpréter un morceau, il faut absolument savoir se détacher de son médium. Cette étape ne vient pas en une heure, elle prend du temps. Si vous gardez en tête l'idée de ne pas toujours vérifier visuellement le placement de vos doigts, vous pourrez faire confiance à votre oreille et à votre toucher de plus en plus souvent. Certes, au début, les erreurs seront fréquentes. Mais avec l'habitude, vous constaterez que pouvoir jouer sans regarder ses mains ouvre un véritable univers de créativité et d'émotions. C'est aussi le meilleur moyen de vous connecter avec votre public. 6. Partager la guitare avec des amis, des musiciens La guitare a été, est, et sera toujours un instrument convivial. L'ignorer, c'est passer à côté d'un de ses aspects les plus excitants. Avec une guitare, vous pouvez non seulement accompagner un chanteur, mais aussi interpréter tout ce qui vous vient à l'esprit, animer des soirées avec quelques accords, intégrer un groupe de métalleux pour pousser les décibels ou vous amuser à des bœufs entre amis en toute simplicité.     Vous êtes un peu timide ou réservé(e) ? Pas d'inquiétude, la guitare va justement vous aider à vous ouvrir aux autres. En fait, il suffit souvent à un guitariste de s'installer dans un parc ou un coin de rue avec son instrument pour qu'affluent les curieux, les mélomanes et les musiciens. Les guitaristes solitaires ont d'autre biais pour partager leur musique. Réseaux sociaux, forums, plateformes d'échange, n'hésitez pas à tirer parti de tous les supports afin de trouver de nouvelles inspirations. Vous inspirerez vous-aussi certainement d'autres musiciens.     7. Écouter le plus possible de styles différents et s'en inspirer   Le piège pour certains guitaristes débutants qui ont une idée bien précise de ce qu'ils veulent faire est de s'enfermer dans un registre particulier et de ne savoir jouer que cela. Certes, avoir des objectifs précis permet de se concentrer sur son apprentissage et de garder une ligne de conduite cohérente. Si vous rêvez d'interpréter le solo de Stairway to Heaven ou de jammer comme un vrai manouche, surtout, n'abandonnez pas cette idée ! Au contraire, en vous intéressant à d'autres styles, vous pourriez bien découvrir des techniques qui vous faciliteront ensuite le jeu à la guitare ou qui affûteront votre oreille à des sonorités particulières.     Avec ces 7 conseils avisés en poche, il ne vous reste plus qu'à foncer pour découvrir le monde passionnant de la guitare.

  • 0 Comment s'entrainer pour devenir pianiste soliste ? ...

    0.00 of 0 votes

    La carrière de pianiste concertiste laisse rêveur. Seul derrière son piano à queue, enchaînant les techniques virtuoses et transmettant une émotion palpable, le pianiste soliste semble être au sommet du monde. Tous les regards convergent vers lui, et il conserve l'exclusivité de l'attention tant que ses mains virevoltent sur le clavier. De Arthur Rubinstein à Glenn Gould en passant par Duke Ellington et Hélène Grimaud, tous ont en commun une passion sans limite pour la musique et un acharnement borné pour le travail. Si vous aussi, vous ambitionnez de faire un jour se lever les foules, voici quelques pistes qui vous aideront à devenir pianiste concertiste.       Les indispensables pour devenir soliste en piano Sans même vouloir acquérir la notoriété d'un Yiruma ou d'un David Kadouch, la carrière de pianiste soliste est une ambition pavée de nombreux obstacles, à commencer par la concurrence. Bon nombre de jeunes pianistes autodidactes ou sortis d'un conservatoire renommé se bousculent aux portes des salles de concert pour faire valoir leur talent. Et le talent est certainement la première des caractéristiques indispensables du pianiste concertiste.     Contrairement à un pianiste accompagnateur, le soliste occupe le devant de la scène. Il doit interpréter parfaitement la musique, mais surtout la transcender de par ses propres émotions et par des techniques virtuoses poussées. En classique bien sûr, mais aussi en jazz ou en variété, le pianiste doit faire preuve aussi bien d'une précision et d'une rigueur exemplaires que d'une capacité à s'approprier un morceau et à rendre son interprétation unique.       Si le parcours de nombreux concertistes passe par le conservatoire, vous pouvez aussi espérer percer dans le milieu du piano en utilisant d'autres voies comme celle de l'enseignement. C'est d'ailleurs bien souvent un complément indispensable à l'étude en école de musique. Les cours particuliers de piano permettent à l'élève de construire sa personnalité musicale et de travailler sur différents plans : technique, théorique, créatif, multiculturel, etc. À quel âge commencer le piano pour devenir soliste ? Même si les révélations sur le tard sont possibles, la carrière d'un pianiste concertiste débute bien souvent dès le plus jeune âge. L'intérêt d'apprendre le piano dès 6, 7 ou 8 ans est double : d'abord, la mémorisation se fait beaucoup plus facilement. Ensuite, la dextérité et la rapidité des doigts se forgent en parallèle de la croissance, tout comme la souplesse d'un gymnaste qui sera toujours meilleur en ayant commencé jeune. Sans cela, les risques de blessures ultérieures sont plus élevés et il faut davantage de travail pour parvenir aux mêmes résultats.           Les conseils de Valentina Lisitsa, pianiste révélée par Youtube Preuve s'il en faut que le talent ne suffit pas, la pianiste ukrainienne Valentina Lisitsa a connu des heures sombres au début de sa carrière. Malgré un triomphe international lors de son duo avec Alexeï Kouznetsov qui lui permet de remporter un concours prestigieux à Miami, sa carrière semble fixée au point mort au début des années 2000. C'est alors que, par un heureux hasard, elle publie des vidéos de ses prestations sur la plateforme Youtube, à l'époque encore assez confidentielle. Avec l'essor du site, elle gagne en popularité et se voit enfin ouvrir les portes de salles de concert du monde entier. Dans une interview exclusive pour la radio Classic FM, elle révèle quelques-unes de ses astuces afin de devenir pianiste soliste et de se forger une vraie réputation grâce à internet : Saisir toutes les occasions qui se présentent de jouer ou de partager sa musique; Laisser son groupe de followers grossir naturellement, sans tricher; Jouer des morceaux que vous aimez passionnément pour transmettre cet amour; Innover avec des morceaux inconnus des réseaux sociaux pour éviter la concurrence; Utiliser un piano de la meilleure qualité possible pour s'enregistrer; Publier sa musique gratuitement pour inciter les auditeurs à venir aux concerts; Éviter les mises en scène trop élaborées et se concentrer sur le son; Échanger avec les followers pour maintenir leur intérêt.         D'autres pistes pour devenir pianiste professionnel Le chemin qui mène à la carrière de pianiste concertiste est réservé à de rares élus. Cependant, les pianistes doués qui n'ont pas su se faire une place dans ce monde assez exigeant ont d'autres chances de briller et de gagner leur vie en jouant du piano. Les pianistes accompagnants, par exemple, plus discrets que les solistes, bénéficient de nombreuses portes d'entrée vers une vraie carrière, tant pour accompagner d'autres musiciens que pour épauler des chanteurs. Un pianiste pédagogue pourra également s'orienter vers la formation. Devenir professeur de piano est une vocation qui suffit à de nombreux amoureux des claviers. Les possibilités d'intervention sont multiples : conservatoire, écoles de musique, cours, collèges, etc. Enfin, les pianistes interprètes sont également très recherchés pour animer des soirées, compléter des groupes, réaliser des bandes originales de film ou des enregistrements en studio pour d'autres artistes.

  • 0 Bonnes résolutions : comment se (re)mettre facilement au piano ? ...

    0.00 of 0 votes

    Avec la nouvelle année vient le lot habituel de bonnes résolutions : mieux manger, se remettre au sport, prendre moins souvent la voiture, voir plus régulièrement ses amis, travailler moins ou mieux, la liste est longue et variée selon les priorités de chacun. Et si cette année, votre résolution s'axait autour de vos loisirs, et plus précisément autour du piano ? Ludique mais aussi très bénéfique pour la santé mentale, la pratique régulière du piano peut apporter un vrai changement dans votre vie. Voici quelques pistes pour vous (re)mettre facilement au piano après le 1er janvier.           Définir ses objectifs au piano de façon réaliste et optimiste Si votre principal objectif concret est de savoir jouer aussi bien que le talentueux pianiste Lang Lang, ou au contraire, si vous ambitionnez seulement d'apprendre la gamme de Do majeur, il y a fort à parier que votre résolution ne tiendra pas jusqu'en février. La première étape est donc de mettre en place plusieurs objectifs à court, moyen et long terme. Ces objectifs doivent être réalisables dans le temps imparti, concrets et intégrés dans votre planning. Vous pouvez vous inspirer de ces quelques exemples, à adapter à votre niveau : Apprendre un morceau facile que vous aimez; Savoir déchiffrer une partition de piano pour pouvoir la jouer; Être capable de restituer un morceau de piano sans la partition; Jouer un morceau pour une personne ou une occasion spéciale; Apprendre les bases de l'improvisation en jazz; Enregistrer une vidéo et la publier en ligne; Jouer avec un autre musicien ou dans un groupe; Être capable de rejouer un morceau à l'oreille; Maîtriser les techniques de jeu virtuoses. Chaque objectif s'illustre avec des points concrets qui vous aideront à l'atteindre. Par exemple, pour préparer un morceau à l'occasion d'un anniversaire, vous pouvez décider de rechercher la partition, de la déchiffrer seul, de prendre des cours particuliers de piano pour apprendre à bien la jouer puis de la jouer d'abord devant un de vos proches.           Jouer du piano dans de bonnes conditions La tenue de vos objectifs dépend en partie du plaisir que vous trouvez à jouer du piano. Il est très important d'avoir un piano en bon état pour progresser et poursuivre l'apprentissage du piano dans des conditions adéquates. Si vous n'avez pas d'instrument adapté, il est sans doute temps de vous offrir un nouveau piano acoustique ou numérique. En cas de difficultés financières, n'hésitez pas à regarder du côté des locations de piano, plus intéressantes que l'achat d'occasion si vous avez du mal à juger de la qualité de l'instrument. Vous avez déjà un piano à la maison ? Remettez-le en état, surtout s'il n'a plus servi depuis longtemps. Dépoussiérage et accordage (pour les pianos acoustiques) sont de rigueur.       Une fois que votre instrument est prêt à vous accompagner dans votre pratique, créez-vous un espace confortable et un peu à l'écart du reste du logement afin de vous entraîner tout à votre aise. Une bougie, un coussin, un bon tabouret réglé à la bonne hauteur, une lumière bien ajustée, un meuble de rangement pratique pour vos partitions donneront une autre saveur à chacune de vos séances de répétition. Faire face aux difficultés en piano et progresser à son rythme La difficulté dans une bonne résolution, ce n'est pas de la prendre, ni même de la commencer. Les obstacles arrivent après quelques jours, lorsque la motivation décroît et que le quotidien reprend ses droits. Vous devenez alors un spécialiste de la bonne excuse pour ne plus jouer : Manque de temps avec la reprise du travail; Fatigue consécutive au changement de saison; Douleurs aux doigts, au dos, à la nuque; Difficulté à se concentrer après la journée; Vie familiale prenante; Manque d'objectifs, baisse de motivation, voisinage peu conciliant... Quelle est la botte secrète pour parer à ces situations ? L'anticipation. Prévoyez le plus tôt possible la plus grande partie des obstacles qui vous attendent, comme les difficultés du pianiste débutant qui risquent de jalonner votre parcours, les imprévus relatifs à votre travail ou à vos enfants, les contraintes horaires et physiques de vos journées.           Imaginez ensuite une solution à chaque obstacle. En cas de baisse de motivation, tournez-vous vers un professeur pour vous forcer à garder des échéances. En cas de fatigue, allégez vos séances ou réservez-les au week-end. En cas de douleurs physiques, prenez soin de vous et pianotez seulement pour le plaisir pendant quelques jours. En cas de difficultés techniques, cherchez des aides sur internet, auprès d'un professeur ou dans un livre de méthode. Ainsi préparé, vous aurez toutes les chances de conserver vos bonnes résolutions et de continuer à progresser en piano jusqu'à l'année suivante.

  • 0 Composer un morceau de guitare à partir d'un titre connu ...

    0.00 of 0 votes

    L'art de composer des morceaux à la guitare est un long chemin, qui nécessite des heures de pratique, beaucoup de créativité, une généreuse dose de patience et un soupçon minimum de théorie. Avant de vous lancer dans l'élaboration d'un chef-d'œuvre digne d'une symphonie de Beethoven, vous allez devoir passer par un certain nombre de stades. L'une de ces étapes consiste à prendre un morceau de guitare connu, et à le remodeler à votre sauce. L'idée n'est pas de copier simplement, mais plutôt de vous inspirer de la structure de la partition pour y faire infuser vos propres arrangements. Ce sont des prémices idéales à la composition pure et dure.       Le choix de la bonne musique pour un arrangement de guitare réussi Si vous voulez composer à la guitare, vous allez sans doute de prime abord vous tourner vers les riffs de guitare les plus connus : Smells like teen spirit de Nirvana, Angie des Rolling Stones, Blowin' in the wind de Bob Dylan, Starlight de Muse ou encore Black or White de Mickael Jackson selon votre style de prédilection. Pourtant, ce ne sont pas les morceaux les plus intéressants à arranger. Leur mélodie est déjà tellement ancrée dans la mémoire collective qu'il est ardu de s'en éloigner.     Préférez prendre un titre moins connu, que vous appréciez particulièrement et qui présente une ligne d'accords assez simple, au moins au début. Le registre importe peu. Piochez à loisir dans le classique, la variété, le rock ou le métal. Le morceau n'a même pas besoin d'intégrer de partie guitare ! Il vous suffit d'avoir la mélodie et les accords en tête.       Accords, ligne mélodique, rythme : que changer et que garder ? Le plus simple est de vous consacrer à changer une seule chose par composition. Par exemple, si vous décidez de faire une adaptation d'une berceuse de Brahms pour la jouer à votre façon à vos enfants : commencez par changer quelques passages de la mélodie; au lieu d'une fin de phrase qui descend, faites-la remonter; au lieu d'une pause entre le couplet et le refrain, inventez un pont; pensez toujours simple au départ, et vous pourrez enrichir après.     Il est essentiel de connaitre les gammes des accords pour pouvoir modifier la mélodie de façon à ce que cela sonne juste, à moins que vous ne disposiez d'une oreille absolue. Si vous préférez changer les accords, essayez dans un premier temps de les enrichir plutôt que de les modifier. Remplacez un accord de base par un accord de 7ème, ajoutez une tonique ou une autre note de la gamme à votre basse. Vous sentirez d'emblée que le morceau prend une couleur différente. Et le rythme, dans tout cela ? Bien sûr, il est aussi possible de modifier le tempo et le rythme du morceau. Au lieu de faire des arpèges, plaquez vos accords de guitare sur les contre-temps. Plutôt que de jouer cette berceuse dans le but d'endormir, inventez-lui une rythmique espagnole ou un accompagnement rock'n'roll pour réveiller toute la maison. Après avoir tenté une solution et l'autre, lancez-vous en combinant changement de rythme et d'accord, ajout d'une mélodie et accélération du tempo. N'ayez pas peur des fautes notes ni de l'échec : tout ce que vous faites à la guitare participe à l'élaboration de votre oreille et de votre doigté.       Faire une version décalée d'un morceau connu à la guitare Connaissez-vous le très classique et très lent Canon en Ré de Pachelbel ? Voici comment MattRach, un guitariste youtubeur virtuose talentueux, a métamorphosé de façon spectaculaire ce morceau très connu :     Vitesse, mélodie, style, accompagnement, toutes les composantes tendent vers le rock. Dans un style encore plus original et punk, le groupe CelKilt a repris à sa façon la célèbre chanson de Noël :   Vous pouvez vous aussi vous essayer à transformer un morceau classique en une version complètement inattendue. Du classique vers le hard rock, du métal vers la pop, du R’n’B vers le jazz, toutes les combinaisons existent. Et pourquoi ne pas reprendre une musique de film à la guitare en transcendant les genres ? En composition, la limite réside là où vous la mettez. Autrement dit, osez et tentez tout ce qui vous vient à l'esprit ! Composer un morceau de guitare à partir d'un extrait Si vous prenez des cours particulier de guitare, votre professeur vous a certainement déjà donné des petits exercices à faire à partir d'une suite de quelques notes ou accords. Vous pouvez aussi facilement en trouver sur internet ou dans les méthodes de guitare. Ces extraits et petits morceaux représentent une bonne opportunité d'aller plus loin dans la composition. Avec des accords ou une mélodie imposée, apprenez à développer un morceau tout entier en ajoutant rythmes, couplets et refrains, solo, nouveaux accords... Plus vous vous entrainerez à partir de tout ce que vous entendez ou lisez, plus vous parviendrez à composer facilement de nouveaux morceaux de guitare.  

  • 0 Le bon placement de la main au piano ...

    0.00 of 0 votes

    Certains diront qu'au piano, c'est tout le corps qui participe à la bonne posture et à la qualité du jeu. Et s'ils n'ont pas tort, cela ne doit pas empêcher le pianiste débutant de s'attarder sur le placement plus particulier de ses mains. Arrondis, dans la continuité du poignet, les doigts peuvent alors s'épanouir et travailler efficacement. Voici quelques conseils pour apprendre à bien positionner votre main au piano pour progresser correctement.       Réglage du tabouret et importance de l'assise au piano Cette étape deviendra vite un réflexe pour vous. Avant même de songer à placer votre main sur le clavier, vous devez vérifier la hauteur du tabouret. Si vous êtes chez vous, bien sûr, le réglage n'a pas besoin d'être systématiquement vérifié. C'est l'un des nombreux avantages de prendre des cours particuliers de piano ! Votre professeur peut vous aider à trouver les repères pour que vous soyez parfaitement à l'aise à tout moment. Quelle est la bonne hauteur d'un siège au piano ? Si vous vous asseyez devant le clavier et posez vos mains sur les touches, vos avant-bras se trouvent parallèles au sol. Autrement dit, vos coudes arrivent à peu près au niveau des touches blanches. Si le tabouret est trop haut, le pianiste va compenser en cassant son poignet pour mieux agripper les touches. À l'inverse, si le tabouret est trop bas, le pianiste risque de lever ses épaules afin de mieux atteindre les touches. Au bout de quelques minutes, des crispations et douleurs surviennent, qui empêchent de jouer longtemps et confortablement.     Pour résumer, la bonne assise au piano cumule les points suivants : dos bien droit; mains à hauteur des touches; coudes à la même hauteur que les mains; avant-bras parallèles au sol; épaules basses; pieds sur les pédales ou sur un hausse-pieds si besoin. Trouver la bonne position de la main sur le piano Une fois votre tabouret réglé, installez-le de façon à être assis légèrement sur l'avant, vos cuisses dans le vide et vos pieds bien calés. La main se place naturellement sur les touches.       Portez attention à votre poignet. Il ne devrait être ni creusé, ni courbé, mais plutôt dans l'alignement des avant-bras. La main, elle, suit une voûte qui part du pouce et va jusqu'au petit doigt. Pour vous donner une image plus frappante, imaginez que vous tenez une balle ou une orange dans votre paume. Les doigts se referment légèrement dessus. Telle est la posture de la main qui est enseignée au piano, et que vous devez essayer de conserver pour pouvoir ensuite appréhender les autres difficultés du pianiste débutant.     Focus sur le bon placement des doigts En théorie, si votre main a trouvé le bon arrondi, vos doigts devraient se placer correctement. Le pouce, à plat, est le seul doigt qui repose presque entièrement sur la touche. Lorsque vous l'utilisez, vous appuyez avec le côté du pouce (gauche pour la main droite, droit pour la main gauche). En revanche, les autres doigts effleurent seulement le clavier. C'est la pulpe des doigts qui vient au contact des touches. Cette extrémité, ronde et légèrement molle, est le summum de la sensibilité. Elle permet d'imaginer toutes sortes de nuances et de façons de jouer. Si vous avez les ongles longs, vous constaterez rapidement que cela risque de vous gêner pour vous perfectionner au piano.       L'un des soucis que rencontrent le plus les pianistes débutants dans la posture des doigts, c'est le doigt cassé. Pas au sens propre, bien sûr, à moins que vous n'ayez la fougue et la folie de Robert Schumann. Ce compositeur romantique exigeant se blessa grièvement en essayant d'améliorer sa souplesse avec une machine de son invention. Cette tragique erreur sonna d'ailleurs la fin de sa carrière rêvée de virtuose. Pour en revenir au doigt cassé, il s'agit en fait de l'inverse de ce que vous devez faire. Un doigt bien placé est arrondi, alors qu'un doigt "cassé" rompt la courbe produite par les phalanges. Souvent, c'est la première phalange qui se plie, un peu comme si vous essayiez d'écraser un insecte avec force. Dès que vous constatez ou sentez que l'un de vos doigts se plie dans le mauvais sens, reprenez une posture adaptée en imaginant la balle ou l'orange sous votre paume, et vos doigts bien arrondis.       Légende de l'image : Sur cette photo, l'index de la main gauche est cassé, donc en mauvaise position.     Pourquoi la posture de la main est-elle si importante au piano ? La force que vous mettez dans votre jeu doit provenir uniquement de vos doigts, et non de votre poignet ou de votre bras. C'est tout l'art et la difficulté du piano. En prenant de mauvaises habitudes de placement, vous ne travaillerez pas correctement les articulations des doigts et votre progression en souffrira. Avec une bonne position d'emblée, vos doigts se muscleront vite et vous allez acquérir la souplesse, la force et l'endurance nécessaires pour jouer plus vite, plus fort, plus précisément. Un dernier conseil à garder en tête lorsque vous jouez du piano : détendez vos doigts. Si les crispations sont inhérentes aux débuts du pianiste, elles devraient disparaitre peu à peu. Contrairement à ce que vous pourriez penser, la vitesse et la précision sont d'autant plus importantes lorsque les doigts sont détendus. Un morceau vous donne trop de tensions musculaires ? Soufflez, secouez vos mains, et respirez un grand coup avant de reprendre.  

  • 0 Les 5 difficultés du pianiste débutant ...

    0.00 of 0 votes

    Le piano est un instrument fabuleux, qui ouvre la porte à tous les styles de musique. Du jazz à la variété en passant par le classique, la musique de film ou le rock, c'est un indispensable qui attire bon nombre d'amateurs. Facile en apparence -tout le monde a déjà pianoté quelques notes sur un clavier avec plus ou moins de succès-, le piano se révèle dans son intégralité seulement aux plus réguliers et aux plus motivés des musiciens qui savent déjouer les difficultés jalonnant le parcours. Voici 5 obstacles que vous rencontrerez certainement en tant que pianiste débutant.           Indépendance des doigts et indépendance des mains au piano C'est sans aucun doute la majeure difficulté qui attend le pianiste débutant. Cependant, vous disposez d'un certain avantage sur les générations précédentes, dans la mesure où les technologies ont développé notre façon d'utiliser les doigts séparément pour taper à l'ordinateur, manier la souris ou écrire des messages sur un téléphone. Si les débutants actuels souffrent donc parfois moins des difficultés à isoler le travail de chaque doigt, ils restent principalement bloqués par l'indépendance des mains.       Cette étape consiste à pouvoir jouer un rythme avec une main, et quelque chose de différent avec l'autre main - un rythme plus rapide, une mélodie, des accords. Cela requiert une certaine gymnastique cérébrale. Rassurez-vous, avec de la méthode, de la régularité et un travail lent, l'indépendance de chaque main au piano s'améliore de jour en jour.     Le solfège au piano, pas si effrayant qu'il ne le parait Bon nombre de débutants qui arrivent à leur premier cours de piano se demandent s'ils vont pouvoir éviter la case "solfège". Autant vous préparer de suite, le solfège ne s'évite pas, tout simplement parce qu'il régit les codes de la musique. Un rythme, c'est du solfège. Un accord, c'est du solfège.       Évidemment, il existe différentes approches de la théorie musicale pour le piano, qui ne nécessitent pas obligatoirement de pouvoir lire une partition. Certaines, très ludiques, aident à apprivoiser le solfège pas à pas. Tout dépend aussi de vos objectifs. Si vous voulez pouvoir jouer des grands classiques de Chopin, Mozart ou Liszt, il parait indispensable de savoir lire la clé de fa au piano. En revanche, si vous favorisez l'impro et la répétition de ce que vous entendez, vous pourrez très bien vous en sortir au piano avec le minimum de solfège. Autodiscipline et régularité sont les bases du pianiste débutant Que vous preniez des cours particuliers de piano ou que vous vous lanciez en autodidacte, vous ne passerez pas à côté de cette règle. La progression n'est possible qu'avec des composantes qui régissent l'autodiscipline, telles qu'évoquées par la pianiste Véronique Fiszmann : motivation; courage; patience; assiduité.     Sans régularité dans vos efforts, sans acharnement sur les passages difficiles, sans patience envers vous-même et sans motivation à long terme, la progression vous sera impossible. Mais si vous nourrissez toutes ces valeurs, vous pouvez espérer apprendre le piano avec plaisir et atteindre un bon niveau après quelques années de pratique. Le jazz au piano est un monde à part du classique Le jazz et le classique, deux styles de musique qui sont souvent opposés malgré leurs points communs, et pour cause : apprendre le jazz au piano n'a tout simplement rien à voir avec l'apprentissage des morceaux classiques. Le piano jazz est un monde exclusif, dans lequel ne pénètrent que les initiés. Si vous avez fait vos gammes avec une méthode traditionnelle, que vous ayez deux mois ou dix ans d'expérience au piano, il vous faudra tout recommencer. L'improvisation au piano, rien que cela, est une notion qui n'est jamais abordée en musique classique. Et mine de rien, il est très difficile de jouer d'instinct lorsque vous avez tout appris sur partition.       Soyez donc assuré du style de musique que vous voulez apprendre. Évidemment, vous pouvez très bien apprendre des deux façons, ou commencer par l'une et continuer par la suivante. L'idée est de ne pas perdre de vue vos projets, et de mettre en place une méthode cohérente avec ces derniers. Si votre ambition est de pouvoir pianoter sans support sur n'importe quel clavier, foncez vers des cours de piano jazz. Si vous ambitionnez de rejouer à la perfection les partitions les plus célèbres des compositeurs de piano, tournez-vous vers des cours de piano classique.     Conservez l'ambition de toujours progresser au piano Une fois que vous saurez jouer quelques morceaux de variété, que vous aurez appris les accords de base et pourrez déchiffrer une partition, la stagnation vous guette. Celle-ci survient lorsque le pianiste manque d'objectifs, ne se remet pas en question et reste sur ses acquis. Est-ce que vous avez envie de garder le même niveau pendant les 10 prochaines années ? Si oui, alors vous pouvez continuer à jouer les morceaux que vous connaissez et rester dans votre zone de confort. Sinon, il vous faudra trouver des façons de perfectionner votre apprentissage du piano, que ce soit par des cours particuliers ou par de nouvelles expériences sur le clavier.

  • 0 Guitare électrique : 4 choses à savoir avant de commencer ...

    0.00 of 0 votes

    Entre ses solos envoûtants, ses rythmiques décapantes et son velouté chaleureux, la guitare électrique n'a pas fini de faire tourner les têtes. Que vous soyez un amateur de jazz, de rock ou de variété, difficile de passer à côté de cet instrument qui semble toujours allier technique et émotion, virtuosité et sensualité. Si vous décidez de commencer l'apprentissage de la guitare électrique, voici 4 choses que vous devez savoir avant de vous lancer corps et âme dans les gammes et les accords barrés.           1. Il n'y a pas d'âge limite pour apprendre la guitare électrique Cette croyance limitante est à l'origine de bon nombre d'abandon de la part d'adultes qui rêvent de jouer de la guitare électrique mais n'osent pas se lancer. Faites fi de vos peurs, abandonnez vos angoisses et surtout, ne vous mettez pas de pression : jouer de la guitare électrique est un plaisir avant tout. S'il est vrai qu'apprendre un instrument très jeune a un grand nombre d'avantages, ce n'est pas pour autant la seule façon d'atteindre un bon niveau en guitare électrique. D'abord, parce que cet instrument ne se commence de toutes façons que rarement tout petit -les enfants choisissent plutôt la guitare classique. Ensuite, parce qu'un enfant qui commence la guitare ne va pas forcément en jouer toute sa vie, ni avec la même régularité et la même motivation qu'un adulte. En somme, si vous rêvez d'enchaîner les solos à la Jimi Hendrix ou de plaquer les riffs comme Eric Clapton, lancez-vous.     2. Apprendre la guitare en autodidacte est possible, mais contraignant Pour être parfaitement honnête, il faut une sacrée dose de motivation pour apprendre la guitare électrique en autodidacte. À moins d'avoir déjà une expérience de la musique, des bases de solfège ou de piano par exemple, l'apprentissage de la guitare seul peut se révéler frustrant. Un professeur peut au contraire vous aider à dépasser les premières difficultés que sont les douleurs aux doigts du guitariste débutant, ou la lecture des tablatures.     Prendre des cours particuliers de guitare électrique offre également la possibilité de toucher à plusieurs styles, de découvrir des techniques, de se créer un début de réseau si l'objectif final est de jouer dans un groupe. Rien ne vous empêche de commencer seul la guitare, puis de prendre un ou plusieurs cours lorsque vous rencontrez un palier de stagnation ou une difficulté que vous ne parvenez pas à résoudre avec vos moyens habituels.     3. La guitare électrique n'est rien sans son amplificateur Si vous avez entendu une incroyable rythmique de votre groupe de métal préféré et que vous essayez de la reproduire sur votre guitare classique, vous risquez d'être déçu. Et bien c'est la même chose si vous pensez que la guitare électrique se suffit à elle-même. Le choix du bon ampli de guitare devrait être considéré aussi sérieusement que le choix de l'instrument à proprement parler.       Un amplificateur, c'est une boîte qui permet au son de la guitare électrique d'être augmenté en volume, mais également modifié grâce à différents réglages. Selon que vous jouiez du blues, du jazz ou du hard rock, vous n'aurez pas la même sensibilité dans votre quête de sonorité.     Considérez bien lors de votre achat qu'un bon ampli peut valoir plus d'une centaine d'euros. Bien sûr, si vous optez pour une guitare électrique d'entrée de gamme, vous adapterez également la qualité de vos accessoires pour rester dans votre budget. Le tout est de ne pas vous laisser décourager à cause d'un mauvais ampli de guitare, ou de racheter un instrument alors que c'est l'amplificateur qui est la cause de vos difficultés. 4. Jouer de la guitare électrique, c'est mieux avec un groupe Contrairement au guitariste acoustique qui peut gratter des accords au coin du feu ou jouer la sérénade en pleine forêt, l'adepte de la guitare électrique se trouve bien dépourvu sans prise de courant (cf point précédent !). Il n'y a donc guère que dans sa chambre ou dans une salle de répétition qu'il peut espérer prouver sa valeur. Or, la guitare électrique seule, malgré toutes ses capacités mélodiques, peut rapidement devenir frustrante. Pour les grands solitaires, il existe des arrangements musicaux des plus grands morceaux de guitare pour s'adonner au solo endiablé à toute heure de la journée. Mais il serait tout de même dommage de ne pas viser plus haut, car jouer de la guitare électrique dans un groupe est une expérience tout bonnement extraordinaire. La bonne nouvelle, c'est que même si vous ne savez plaquer que quelques accords, vous pouvez déjà faire office de rythmique. N'hésitez pas à consulter les petites annonces ou à vous inscrire sur des forums pour rencontrer d'autres musiciens : c'est là que vous commencerez vraiment à appréhender tout le potentiel de la guitare électrique.

  • 0 Comment perfectionner pas à pas son apprentissage du piano ? ...

    0.00 of 0 votes

    Vous pianotez depuis quelques temps et vous voulez approfondir votre apprentissage du piano ? Vous débutez en piano, et vous aimeriez des conseils précis sur la meilleure façon de vous améliorer ? Cet article a pour visée de vous aider à repérer tous les points de perfectionnement qui peuvent intervenir dans votre pratique du piano. De l'indépendance des mains au travail de la dextérité en passant par le solfège et l'improvisation, apprenez rapidement les bases du piano et enrichissez chaque jour vos techniques. Exercices simples et pratiques pour délier ses doigts Délier ses doigts au piano signifie activer les articulations et les muscles avec des exercices souvent répétitifs, pour stimuler la circulation et mobiliser la dextérité. C'est une routine que vous pouvez mettre en place avant chacune de vos séances d'entrainement. Elle facilitera ensuite le travail plus précis d'un morceau. Il existe bon nombre de petits exercices faciles de piano pour délier ses doigts, et à l'usage, vous inventerez même les vôtres. Parmi ces exercices, vous trouverez : les gammes, qui entrainent le passage du pouce; les répétitions de notes qui améliorent la vitesse et les changements de doigts; les étirements pour conserver ou augmenter la souplesse interdigitale; les Études, morceaux à visée didactique écrits par des compositeurs.       Délier ses doigts peut aussi se faire sans clavier, à tout moment de la journée. Lorsque vous faites la queue au magasin, que vous attendez le bus ou que vous regardez la télévision, n'hésitez pas à pianoter sur un rebord de table et à étirer vos mains. Le tricot, la couture ou l'informatique sont d'autres moyens ludiques et efficaces de travailler la dextérité en-dehors des répétitions de piano. Apprendre à travailler les gammes Qu'est-ce qu'une gamme au piano ? Il s'agit d'une suite de notes qui respectent certains intervalles bien précis, et "sonnent bien". La gamme la plus connue est celle de Do majeur, elle contient les notes Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si. Mais il en existe bien d'autres, en majeur ou en mineur. Le travail des gammes au piano est doublement utile. D'abord, il consiste en un exercice idéal pour bien délier les doigts, travailler l'indépendance de chaque partie de la main et améliorer le passage du pouce en montée ou en descente. Ensuite, les gammes permettent d'appréhender le solfège. Sans forcément devoir apprendre toutes les subtilités de la théorie musicale, le travail des gammes aide à comprendre la façon dont se construisent les accords. C'est un prérequis indispensable pour l'improvisation. La gamme peut aussi être utilisée au piano pour travailler le rythme et les nuances. En effet, une fois qu'elle est bien acquise, elle ne demande guère plus d'attention pour être bien effectuée, ce qui permet de focaliser l'attention sur d'autres aspects de la musique.     Travailler l’indépendance des mains Le piano requiert de pouvoir faire deux choses complètement différentes avec chaque main, tant en matière de notes que de rythme. La raison pour laquelle il est si difficile de parvenir à l'indépendance des mains en tant que débutant au piano, c'est parce que la plupart des gestes du quotidien visent la coopération des deux mains pour réussir. Mais finalement, avec du travail, ce n'est pas beaucoup plus compliqué que d'apprendre à taper sur un clavier d'ordinateur. La clé réside dans le fait de toujours travailler d'abord mains séparées, et lentement.       Au début, le travail de l'indépendance des mains peut se faire à travers des exercices hors clavier, un peu comme si vous répétiez un chorégraphie et essayiez d'assimiler des mouvements. Par exemple, vous pouvez vous entrainer à faire des ronds avec vos deux index, d'abord dans le même sens, puis dans des sens contraires, puis à des vitesses variées. Le rythme aussi se travaille de la sorte : un battement avec la main droite pour deux battements avec la gauche, puis trois ou quatre, puis les mains inversées. Le niveau ultime pour ceux qui s'en sortent bien ? Croisez vos bras de façon à avoir la main gauche à droite et la main droite à gauche, puis reprenez vos exercices ! Au début, le travail de l'indépendance des mains peut se faire à travers des exercices hors clavier, un peu comme si vous répétiez un chorégraphie et essayiez d'assimiler des mouvements. Par exemple, vous pouvez vous entrainer à faire des ronds avec vos deux index, d'abord dans le même sens, puis dans des sens contraires, puis à des vitesses variées. Le rythme aussi se travaille de la sorte : un battement avec la main droite pour deux battements avec la gauche, puis trois ou quatre, puis les mains inversées. Le niveau ultime pour ceux qui s'en sortent bien ? Croisez vos bras de façon à avoir la main gauche à droite et la main droite à gauche, puis reprenez vos exercices ! Maîtriser le solfège pour jouer du piano : est-ce obligatoire ? C'est une question qui revient très souvent, surtout chez les adultes débutants. Faut-il vraiment apprendre le solfège pour pouvoir jouer du piano ? La réponse est loin d'être binaire. Certains pianistes très doués sont incapables de lires une partition, tandis que d'autres musiciens excellant en solfège se révèlent être de piètres interprètes. Toutefois, si vous n'êtes ni un virtuose du clavier, ni un maître de la musique théorique, le solfège s'avèrera utile dans votre apprentissage du piano. Apprendre le solfège est similaire à apprendre la lecture, ou une langue étrangère. Au début, tout vous semble très compliqué. Mais en prenant chaque concept à part, et en commençant par des choses simples, vous parviendrez rapidement à déchiffrer votre premier morceau de piano.           Choisir des exercices de solfège pour apprendre rapidement le piano Vous trouvez le solfège rébarbatif ? Peut-être n'avez-vous pas bis trouvé le bon exercice de solfège pour apprendre le piano. Il en existe tellement de différents que vous en aimerez forcément au moins un. Le solfège peut se travailler : avec la lecture de notes sur des portées de clé de fa ou de clé de sol; à l'oreille en essayant de retrouver des notes entendues; en chantant des vocalises avec le nom des notes des gammes; avec le rythme, sur des petites percussions ou en tapant des mains; mathématiquement en étudiant la théorie; sur le clavier en alliant pratique et lecture de note. Il y a encore bien d'autres façons de progresser en solfège, avec des applications par exemple, ou des méthodes illustrées pour les enfants. N'ayez pas peur de vous amuser, c'est ainsi que vous parviendrez à mieux apprécier l'apprentissage du solfège.     Apprendre à lire les partitions de piano En tant que musicien, vous vous rendrez vite compte que les partitions sont un support universel pour transmettre l'amour du piano. Il y en a tellement, dans tant de styles différents, qu'une vie ne suffirait pas pour toutes les essayer. Mais avant cela, il faut être capable de pouvoir les déchiffrer.     La lecture d'une partition de piano ne consiste pas seulement à connaitre les notes et le rythme. Une partition regorge d'autres indications à prendre en compte, telles que le tempo conseillé, les nuances ou des remarques ajoutées par le compositeur. Déchiffrer un morceau et le jouer facilement Une fois la partition décryptée, il devient plus facile de l'interpréter au piano. L'étape du déchiffrage d'un morceau de piano s'effectue généralement mains séparées, directement au clavier. C'est l'occasion de bien travailler chaque partie, et de repérer si des erreurs ont été faites en lisant les notes -si un accord sonne mal par exemple. Ce n'est que lorsque chaque main est parfaitement connue qu'il devient possible de les jouer ensemble.       Vous maitrisez votre morceau, main droite et main gauche ensemble, et vous pensez que vous en avez fini avec lui ? Pas encore, car le piano est tout sauf un algorithme chargé de restituer une partition telle quelle. Le travail suivant porte sur les nuances, sur le choix du bon tempo, sur les émotions à apporter à la musique. En quelque sorte, le pianiste s'approprie le morceau et c'est là qu'il est capable de le jouer facilement, parfois même sans la partition. Les partitions de piano pour débutants Le pianiste débutant se heurte assez vite à une problématique. Comme trouver des partitions de piano pour débutants adaptées à son niveau et suffisamment variées pour ne pas se lasser ? Il s'agit à la fois de se faire plaisir, mais aussi de pouvoir obtenir des partitions simplifiées et cohérentes. Lorsque vous sélectionnez une partition de piano pour un niveau débutant, gardez à l'esprit ces quelques points. Il vaut mieux choisir plusieurs morceaux courts, plus faciles à travailler. Faites attention aux écarts demandés entre les doigts dans les accords. La vitesse élevée d'un morceau augmente souvent sa difficulté. Dans un premier temps, le binaire est plus simple pour le rythme. Regardez bien l'accompagnement, il doit rester basique. Choisissez des morceaux qui vous plaisent pour avoir du plaisir à travailler ! Où se procurer gratuitement des partitions de piano ? Les magasins de musique et Internet proposent un très large choix de partitions de piano. Seul souci, elles sont souvent payantes et pour peu que vous ayez envie de varier régulièrement, le budget global dépasse rapidement la centaine d'euros. Heureusement, il aussi est possible de se procurer bon nombre de partitions de piano gratuites.     En premier lieu, les partitions tombées dans le domaine public sont disponibles très facilement et sont souvent de bonne qualité. Vous trouverez dans cette gamme une grande quantité de morceaux classiques, de Beethoven à Liszt en passant par Mozart et Chopin. Pour des arrangement plus récents de morceaux de variété ou de rock, tournez-vous vers les sites et applications collaboratifs. Enfin, même si certains sites de partition sont payants, il n'est pas rare qu'ils proposent des offre d'essai sous la forme de partitions libres de droit ou de contenu réservé. En glanant de ci de là, vous parviendrez à vous faire une jolie collection de partitions piano à moindre coût.     Apprendre l’improvisation au piano Libérez-vous des partitions ! L'improvisation au piano est un excellent moyen de jouer de la musique en tout lieu, même si vous n'avez pas vos partitions sur vous. L'impro permet aussi de jouer à plusieurs, de composer, de faire des arrangements de musique connues ou tout simplement de laisser court à son humeur du moment. Que des avantages, en somme. Pour savoir improviser, il est intéressant de prendre quelques cours particulier de piano. En effet, une bonne impro nécessite le respect de bases théoriques, surtout si vous comptez jouer à plusieurs. Il n'est pas indispensable de devenir un crack du solfège, mais connaitre les rudiments d'une gamme, d'un accord et des degrés vous aidera beaucoup à organiser vos morceaux.       Maîtriser les accords pour mieux improviser au piano L'accord est la base de l'improvisation au piano. Autrement dit, le pianiste qui ne maitrise pas les accords les plus fréquents sera vite limité dans ses compositions. C'est un point qui concerne aussi bien la main gauche, pour jouer l'accompagnement, que la main droite, pour faire une mélodie cohérente et l'enrichir avec des notes de l'accord. Rassurez-vous, l'apprentissage des accords au piano se fait progressivement. Vous allez d'abord intégrer les accords majeurs de Do, Fa, Sol, Ré, puis ceux de La, Si et Mi. Ensuite, vous apprendrez les accords mineurs, et vous vous entrainerez à renverser tout ce petit monde. Plus vous progresserez, plus vous pourrez varier vos arrangements en ajoutant des accords de La bémol ou de Do dièse, en intégrant des notes étrangères à la gamme et en innovant dans les rythmes. Les différents types de piano et leur fonctionnement : piano acoustique, piano numérique Si vous avez choisi le piano comme instrument, c'est que vous avez sans doute déjà pensé aux contraintes liées à l'achat d'un tel instrument. Le match est serré entre les amateurs du piano numérique, pratique et très polyvalent, et les inconditionnels du piano acoustique aux sonorités incomparables. Le piano acoustique est le modèle le plus connu et le plus ancien des pianos. Réalisé en bois, il est lourd et imposant. Toute sa mécanique est sensiblement réglée pour produire les notes et les faire résonner. Autant dire que du côté du son, le piano acoustique en jette ! C'est un instrument fait pour être installé dans une pièce au même titre qu'un meuble ou un tableau, et laissé au même endroit le plus longtemps possible. Il procure des sensations uniques grâce à ses vibrations, et sa sensibilité est bien réelle. Entre l'immense piano à queue et le vieux piano de bar, il existe plusieurs alternatives qui peuvent convenir aux débutants comme aux pianistes intermédiaires ou confirmés. Il faut simplement garder à l'esprit qu'un piano acoustique prend de la place (oubliez le troisième étage sans ascenseur), coûte en entretien (accordage annuel) et fait du bruit (attention aux voisins).       Le piano numérique est une option souvent préférée par les habitants urbains, les petits budgets ou les débutants. Mais elle n'empêche pas les pianistes virtuoses de pouvoir s'y exprimer. Là encore, divers modèles existent, du plus simple au plus perfectionné. Vous trouverez des pianos électriques de type synthé avec des centaines de sons enregistrés et des pianos numériques meubles restituant les sensations d'un piano acoustique avec vraisemblance.       Le choix d'un piano électronique ou acoustique est assez personnel. Si vous le pouvez, rendez-vous dans un magasin de musique pour essayer différents modèles. C'est ainsi que vous pourrez vous rendre compte de celui qui vous procure le plus de plaisir, ou qui correspond le mieux à votre budget en matière de rapport qualité/prix.     Apprendre le piano quand on est enfant : parcours à suivre et étapes à franchir Les enfants montrent souvent une attirance particulière pour le piano. Cet instrument, très présent dans la culture européenne et asiatique, a des vertus intéressantes pour les plus jeunes. Facilement accessible, il stimule de nombreuses aires cérébrales tout en améliorant la capacité de concentration et de coordination. En plus, les prérequis pour jouer du piano enfant sont globalement à la portée de tout enfant de plus 6 à 8 ans.       Avant d'acheter un piano ou d'inscrire un enfant à des cours réguliers, il vaut mieux lui faire essayer l'instrument lors d'une séance d'essai avec un professeur. Les cours particuliers sont particulièrement bien faits pour un jeune enfant, car ils s'adaptent en durée et en fréquence à ses possibilités -école, autres activités, niveau de concentration après une journée chargée. Même avec des cours réguliers, l'enfant a besoin d'un soutien solide à la maison pour le motiver à s'entrainer chaque jour. Nul besoin de connaitre le piano ni même la musique, il suffit de s'intéresser à ce qu'apprend l'enfant et de passer du temps avec lui pour qu'il réalise ses exercices correctement. Ces moments qualitatifs plutôt que quantitatifs sont importants la première année, afin d'ancrer les bases de la pratique du piano. Apprendre le piano à l’âge adulte : parcours à suivre et étapes à franchir       L'envie de découvrir le piano peut se manifester assez tard dans une vie. Heureusement, il n'est jamais trop tard pour apprendre le piano, y compris à l'âge adulte. Cela présente même des avantages comme une motivation plus importante, du sérieux dans le travail et de l'expérience dans d'autres domaines qui peuvent aider à la pratique du piano (musique, mathématiques, comptabilité, art...). Vous cherchez des astuces pour apprendre le piano à l'âge adulte plus rapidement ? Restez patient et confiant dans votre progression. L'apprentissage du piano passe par des phases plus ou moins rapides d'acquisition. Essayez de visualiser vos progrès sur plusieurs mois, vous serez certainement surpris de tout ce que vous avez déjà appris. Réapprendre le piano après une longue pause Il arrive dans la vie d'un pianiste que les circonstances entraînent une longue pause sans jouer de piano. Début d'étude ou d'un nouveau travail, déménagement dans une autre ville, contraintes familiales, projets de voyage, tous ces évènements prennent le pas sur le plaisir de faire ses gammes et le piano est laissé de côté... pour un moment. Car dans un coin de votre tête, vous pensez toujours à vous y remettre.     Reprendre le piano après une pause de plusieurs années peut paraitre intimidant, voire décourageant. Avec le soutien d'un professeur, toutefois, les anciens acquis reviennent rapidement. C'est aussi l'occasion de reprendre les bases techniques et d'améliorer sa posture, de retravailler ses trilles ou de décortiquez une notion de solfège autrefois incomprise.     Maîtriser les techniques de jeu virtuose Passé un certain stade de pratique du piano, vous vous intéresserez forcément aux techniques utilisées par les pianistes virtuoses. En voici quelques exemples : les trilles; les notes répétées à grande vitesse; les notes jouées avec un large écart; la vitesse de jeu; les glissandos.       Pour maitriser les techniques de jeu virtuoses du piano, des heures et des heures d'entrainement sont nécessaires. Cependant, l'exercice doit aussi être adapté à l'objectif pour être le plus efficace possible. Et comme souvent, patience et régularité porteront leurs fruits. Conservatoire ou cours personnalisé : que faut-il choisir ? Outre la concurrence phénoménale qui existe pour entrer au conservatoire, c'est un cursus d'apprentissage qui ne convient pas à tout le monde. Très exigeant, rigoureux, il nécessite un investissement personnel et financier constant. En revanche, les cours particuliers de piano s'adressent à tous les élèves, débutants ou confirmés, jeunes ou plus âgés. Moins contraignants, accessibles à tous les budgets, ils tiennent compte des contraintes de la vie courante.  

Programmes

  • Piano
  • Clavier
  • Guitare
  • Guitare ElectriqueGuitare électrique
  • Solfège
Valérie Marot insolvable - valmarot@hotmail.com - 2 cours impayés
RESTER INFORME :

🎁 Parrainez vos amis et recevez des cours gratuits ...
Cours Piano Monaco  ▷ Cours Guitare Monaco  ▷ Cours Guitare Electrique Monaco  ▷ Cours Clavier Electronique Monaco  ▷ Cours Solfège Monaco  ▷ Contrebasse en ligne  ▷ Saxophone en ligne  ▷ Harmonica en ligne  ▷ Accordéon en ligne  ▷ Orgue en ligne  ▷ Batterie en ligne  ▷ Chant en ligne  ▷ Théorie & Solfège en ligne  ▷ Violon en ligne  ▷ Piano & Clavier en ligne  ▷ Guitare en ligne  ▷ Guitare Electrique en ligne  ▷ Ukulélé en ligne  ▷ Guitare Basse en ligne 

Bookmark and Share
Conditions généralesPolitique de confidentialitéContactez-nous • 💰Financer nos écoles
© Copyright 2021 Ecoles Privées de Musique. Tous droits réservés.
Pour toute question : ☎ +33 (0)6 32 20 31 23